Le wabi sabi est un concept qui propose d’être heureux avec peu.
Voir la beauté dans les imperfections et dans les traces du temps qui passe, et de revenir à l’essentiel.
C’est à contre-courant de la surconsommation et de la course effrénée à la perfection standardisée.

Il n’y a apparemment pas de traduction mot pour mot de wabi sabi, ce sont des concepts.
“Wabi” évoque la simplicité et l’harmonie avec la nature.
“Sabi” se réfère au temps qui passe, la patine qu’il apporte.
Les deux idées conduisent à vivre simplement, en se contentant de ce qu’on a, de ce qu’on est, et en accueillant avec humilité les signes du temps qui passe.

Le concept du wabi sabi est né au 12ème siècle au Japon. C’est quelques siècles plus tard que cela s’est théorisé.
Un moine qui s’est opposé au grand luxe des cérémonies du thé de l’époque et qui a voulu revenir vers plus de simplicité.
Alors à la place la belle vaisselle qu’on faisait venir de Chine pour le thé, il préféra utiliser des ustensiles plus rustiques qui étaient alors délaissés.

Se contenter de ce qu’on a et apprécier ce qui pourrait sembler imparfait.

Appliquer le wabi sabi à ses biens matériels c’est :

  • Se contenter de ce qu’on a et apprécier ce qui nous semble imparfait.
  • Vous avez une table en bois, patinée et pleine de marques ? Ce n’est alors plus un problème.
  • Vous disposez de bols, des tasses en céramiques cassés et recollés ? Leurs fêlures leur donnent un charme.

D’ailleurs au Japon, il y a un art associé au wabi sabi : le kintsugi. Cela consiste à mettre de la poudre d’or dans les marques d’un objet ébréché pour souligner les failles.
Au lieu de masquer une imperfection il est possible de la sublimer.
Ce principe rejoint à sa manière la résilience.

Miser sur des objets qui vont durer et se bonifier avec le temps. Typiquement les matériaux bruts, naturels, peu transformés : le bois, l’argile, la pierre, le lin etc.
Apprendre à apprécier ce que l’on a, même les objets un peu usés ou passés de mode. Certes ce n’est pas parfait mais ça raconte une histoire.

On s’est surtout focalisés sur le côté matériel du wabi sabi mais cette idée de revenir à l’essentiel peut aussi s’appliquer à soi et aux relations humaines.
L’hospitalité est également une valeur importante de cet art de vivre.

Wabi sabi est une vision qui s’illustre dans l’art de l’épure, bien loin des clichés actuels…