Tout le monde connaît le Mont Fuji, on sait que c’est le point culminant du Japon et l’image de sa forme grâcieuse est encrée dans toutes les têtes. On sait moins qu’il a toujours été l’objet de nombreuses croyances.
Si les religions « orthodoxes » s’en sont rapidement emparé, il tient peut-être surtout une place particulière dans les croyances populaires où les mythes et réalité cohabitent et se confondent souvent.

Sa magestuosité mais aussi sa situation – au centre du Japon – sur la célèbre voie très empruntée du Tôkai-dô, reliant les deux grandes capitales de l’histoire du Japon que sont Kyôto et Tôkyô (historiquement Heian-kyô et Edo), ces deux éléments donc, ont naturellement été essentiels dans l’admiration indéfectible dont a été l’objet le Fuji durant tous ces siècles. Ne sont bien évidemment pas non plus étrangères à cet émerveillement teinté de défiance, ses entrées en éruptions chroniques, parfois très violentes comme en 1707 où l’actuelle Tôkyô avait été recouverte d’une épaisse couche de cendres, atteignant jusqu’à dix centimètres par endroits…

Les légendes vont aussi naturellement bon train, notamment sur sa naissance de la montagne. Une légende veut que ce soit un géant qui en creusant les cinq grands lacs alentours (Fujigoko 富士五湖) aurait créé le Fuji avec la terre prise en creusant les lacs.

Des légendes aussi sur l’origine de son nom « Fuji » qui, pour une même lecture, peut s’écrire avec différents idéogrammes tels que 不二 que l’on peut interpréter pas « sans équivalent », faisant bien entendu référence à sa magestuosité, ou 不死 « immortel », renvoyant à un conte japonais très célèbre (Kaguya-hime ou Conte du coupeur de bambous) dans lequel l’empereur fait jeter -ou brûler selon le cas- au sommet du Fuji un flacon contenant un élixir rendant immortel.

On trouve de nombreuses légendes aussi dites de « comparaison de taille », dans lesquelles intervient la divinité du Fuji, divinité qui répond au doux nom deKonohana-sakuya-hime (« Princesse des cerisiers épanouis ») et généralement décrite comme ayant un caractère bien trempé, ce que l’on comprend au vu des nombreuses éruptions du Fuji. Dans ces légendes, une dispute éclate entre la virulente Konohana et une divinité d’une grande montagne d’une autre région lui disputant la gloire du plus haut sommet du Japon. Dans l’une de ces légendes notamment, le Fuji est déclaré perdant après vérification et arbitrage d’Amida (un des buddha du panthéon bouddhique) mais Konohana, fidèle à sa réputation ne se laisse pas faire et casse le sommet de sa rivale à coup de bâton… c’est donc, si l’on en croit la légende, à son fort caractère que le Fuji doit d’être, de nos jours encore, le point culminant du Japon…
En dehors de ces croyances populaires, le bouddhisme et le shintô se sont naturellement aussi intéressés à cette montagne, il faut dire que peu de montagnes y échappent au Japon, alors il est difficile d’imaginer qu’il aurait pu en être autrement du Fuji. Son sommet est un espace sacré du Shintô marqué par les fameux « torii »mais où l’on trouve également un petit temple bouddhique.

A l’époque d’Edo les confréries du Mont Fuji faisaient régulièrement des pèlerinages d’Edo jusqu’au pied ou au sommet du Mont Fuji. Cette pratique est encore perpétuée de nos jours par une poignée de croyants mais dont l’âge moyen très avancé laisse suposer que ces croyances et pratiques vivent probablement leurs derniers moments…

Cette petite présentation n’est naturellement qu’un très bref aperçu d’un univers culturel et religieux aussi vaste que passionnant. Malheureusement, à notre connaissance, aucun ouvrage en langue occidentale n’est disponible à l’heure actuelle sur ce sujet…

Fujinomiya Sengen Taisha

Illustrations
« Torii » quasiment au sommet du Fuji indiquant l’entrée dans l’espace sacré.
« Fuji Mandala » représentation symbolique du Fuji dans le cadre des croyances du Mont Fuji (Fuji shinkô 富士信仰), période Muromachi
Sanctuaire shintô « Sengen jinja » à Fujinomiya, au pied du Mont Fuji et dédié à la déesse Konohana-sakuya-hime

Article de P. Regnier (Kominguya)

Kominguya.com une boutique en ligne installée à Nara et proposant toutes sortes d’objets japonais anciens.